Thyroïde

La thyroïde est la glande située à la base du cou qui sécrète les hormones thyroïdiennes :

  • La T4 ou Thyroxine
  • La T3 ou Triiodothyronine

Elle exerce un rôle fondamental dans le métabolisme puisqu’elle régule plusieurs fonctions de l’organisme : la thermorégulation (ou la capacité du corps à brûler des graisses brunes), la digestion, le système nerveux central, la fonction cardiovasculaire et les hormones sexuelles.

Certains paramètres biologiques comme le dosage de la TSH (Thyroïde Stimulating Hormone), de la T4 et de la T3 libres permettent de déterminer le niveau de fonctionnement de la glande.

D’autres en revanche, comme le dosage des anticorps anti-TPO (thyroperoxidase) et anti-Tg (thyroglobuline), permettent de diagnostiquer une maladie auto-immune de la thyroïde.

Ces examens sont indispensables pour détecter une pathologie de la glande thyroïdienne et permettent de poser un diagnostic sur la maladie.

Les problèmes de poids et les résistances à l’amaigrissement sont fréquemment liés à un dysfonctionnement thyroïdien avec, en France, 15% de la population dépistée et traitée et probablement 40% de la population atteinte sans le savoir.

Hypothyroïdie

L’hypothyroïdie se caractérise par une sécrétion insuffisante d’hormones thyroïdiennes et l’organisme se met à fonctionner en sous-régime.

La première cause de la difficulté à perdre du poids est  l’hypothyroïdie qu’elle soit traitée ou non par des hormones de synthèse comme le Lévothyrox. Le traitement par le Lévothyrox est très fréquent et bien souvent incontournable pour stabiliser une TSH. Cependant, il ne résout pas toujours les symptômes de l’hypothyroïdie, en particulier la prise de poids, qui persistent.

Cet état est le signe d’une hypothyroïdie dite fonctionnelle : les dosages hormonaux sont dans la norme mais les hormones thyroïdiennes ne parviennent pas à agir sur leurs tissus cible à la périphérie. Il est possible de modifier cet état et les symptômes qui lui sont associés en apportant à l’organisme les éléments nutritifs adéquats. Cette approche micro-nutritionnelle permet de traiter les symptômes et de lever les résistances à l’amaigrissement.

Thyroïdite de Hashimoto

Il existe un second cas de résistance à l’amaigrissement lié à un dysfonctionnement de la thyroïde : la thyroïdite de Hashimoto.

Il s’agit d’une maladie auto-immune dans laquelle des anticorps produits par l’organisme sont dirigés contre le parenchyme thyroïdien. L’attaque par les anticorps conduit à la destruction progressive de la glande thyroïde qui a moyen terme ne pourra plus produire suffisamment d’hormones thyroïdiennes pour répondre aux besoins de l’organisme. Le recours au Lévothyrox semble, dans ce cas, être une nécessité pour éviter une aggravation de la situation.

Toutefois, la thyroïdite de Hashimoto est avant tout une maladie auto-immune et doit se traiter comme telle. Elle trouve son origine dans un dysfonctionnement profond de la sphère digestive qui présente plusieurs altérations :

  • une atteinte de l’étanchéité de la barrière intestinale
  • une atteinte du microbiote avec présence d’une dysbiose
  • une atteinte du système immunitaire et de la tolérance immune

La prise en charge de la thyroïdite de Hashimoto commence donc toujours par une prise en charge de la sphère digestive.