Un phénomène, plusieurs causes

Grâce aux multiples recherches effectuées sur le sujet, plusieurs hypothèses commencent à voir le jour pour expliquer la croissance vertigineuse du nombre d’intolérants.

L’industrialisation de notre alimentation est le principal facteur responsable de ce phénomène. La chimie dans l’assiette (additifs, colorants, épaississant, exhausteurs de goûts…) , la pollution par les métaux lourds et les polluants organiques persistants, les manipulations génétiques qui transforme la nature des protéines, la présence d’hormones et d’antibiotiques sont autant de facteurs expliquant le rejet par l’organisme de certaines familles d’aliments.

Les nouvelles technologies utilisées par les industriels de l’agro-alimentaire sont donc hautement allergènes mais on peut relever d’autres facteurs impliqués dans l’intolérance alimentaire :

  • L’hérédité semble incontestable. Elle détermine le terrain propice à l’installation de l’intolérance alimentaire.
  • L’hygiène, aujourd’hui trop contrôlée, nous empêcherait d’être exposés dès la naissance aux microbes et autres agents pathogènes dont le rôle est de stimuler et de forger notre système immunitaire.
    Dans la même veine, la prise d’antibiotiques de manière trop systématique et dès le plus jeune âge est incriminée dans la destruction du microbiote intestinal et dans la difficulté à se fabriquer et à préserver une flore bactérienne protectrice.
  • Les naissances par césarienne sont également en cause dans ces nouvelles pathologies. L’ensemencement du tube digestif du nouveau-né a lieu à partir de la flore bactérienne maternelle au moment du passage par la voie vaginale. La césarienne empêche cette contamination naturelle et bénéfique pour l’enfant. La qualité du microbiote maternel est déterminant pour la résistance future du nouveau-né aux intolérances alimentaires et autres pathologies.
  • La diversification alimentaire précoce serait également responsable de la présence d’allergies et d’intolérances de plus en plus fréquentes chez les bébés, dont le système immunitaire est trop immature pour tolérer une nourriture variée.
  • Des aliments nouveaux pour l’organisme, mis sur le marché occidental, en particulier les fruits à coque, les algues, certaines épices provoquent des réactions adverses de l’organisme.

hela-cells-544318_1920

koli-bacteria-123081_1280

Lyme disease also known as Lyme borreliosis 3D rendering